Cette bafouille a été écrite en l’an de grâce2020,
au jour des  89 953 contaminé·es et 8078 décédé·es 1
Macron, Philippe, leurs sbires et leur système sont toujours là



« Merci de réagir. Amitiés. André ». Ce sont par ces mots, cette invitation, qu’André Grimaldi finit sa lettre ouverte « La colère d’André Grimaldi » 2. Qu’à cela ne tienne donc.
Et d’abord MERCI.
Mais… finalement je ne suis pas si convaincu de votre façon de voir et de poser les problèmes.

Merci

Pour cette lettre et cet appel à réaction. Du fond du cœur et sincèrement.
Pour cette remarque : « [T]raiter l’hôpital public comme une entreprise commerciale devant se projeter dans le  marché mondialisé de la santé c’était une faute à vrai dire largement partagée depuis plus de 10 ans par les « décideurs » de tout bord politique. »
Et celle-là : « [I]l faut créer des entreprises à but non lucratif, nationales ou européennes, pour la production de médicaments et de dispositifs indispensables, il faut imposer aux industriels privés de la santé une transparence totale sur leurs
coûts. »
Ou encore pour : « [I]l faut que les Services publics qui font la République, soient inscrits dans la constitution. »
Ainsi que pour : « Il faut une gouvernance hospitalière intégrant les soignants et les usagers […] Il faut que les Services publics qui font la République, soient inscrits dans la constitution. »

D’accord et partant sur pas mal de choses à quelques précisions/rectifications près. Et au final un constat plus mitigé. Car il y a ce que la lettre dit, aborde, mais aussi et surtout ce qu’elle ne dit n’y n’aborde aucunement.

Quelques remarques tout de suite. Vous parlez de « fautes ». Je parlerai moi de crime. Et ne suis ni le seul 3 ni le premier à qualifier ainsi la situation.
Vous continuez par cette affirmation « faute à vrai dire largement partagée depuis plus de 10 ans par les « décideurs » de tout bord politique. » Non docteur, c’est faut. Et inadmissible. Les décideur·es politiques des partis et sphères exerçant le pouvoir et depuis plus que 10 ans.
D’autres partis, eux, s’y sont opposés. Qu’ils n’exercent pas le pouvoir, qu’ils aient une représentativité « faible » n’en fait pas moins des acteurs politiques qui se sont positionnés clairement contre ces orientations 4. Il en va de même pour certains syndicats. Le sujet que vous abordez comme la situation que nous vivons méritent que les responsables soient identifiés précisément. Comme il nécessite de respecter celleux qui se sont opposé·es à ces « responsables » (qui ne répondent jamais de leur faits et gestes et cela quelle qu’en soit la gravité).

Enfin, « il faut imposer aux industriels privés de la santé une transparence totale sur leurs coûts.  » Oui bien sûr. Il me semble par contre que cette rengaine de la « transparence » sur les coûts dans le secteur privé ne date pas de today, ni de yesterday et qu’au bout du compte la seule chose à en dire est que plus qu’un vœux pieux, c’est une fumisterie aussi irréaliste que loufoque. La solution ? Les services publics vitaux reviennent au public (et merde à l’UE et sa conception crétine et antisociale des SP). Statutairement leurs comptes deviennent transparents. Afin d’en renforcer la lisibilité et l’accessibilité, une cogestion professionnels/usagers, réelle/effective et un système de diffusion de l’info sur l’emploi de cet argent seraient bienvenus. Extrêmement même.

Les problèmes contenus dans cette lettre ne s’arrêtent, hélas, pas là.

Vous plaidez finalement pour un vrai service public de santé (qui a existé au moins dans son principe et quelques unes de ses applications)

Ce que vous demandez docteur, c’est la mise en place d’un Service public de santé digne de ce nom (et de cette mission). Demande justifiée et complètement nécessaire. Sachant qu’un tel service il y a eu par le passé. Perfectible certes, mais existant. Or, il a été détruit. Il n’y a pas d’autres mots.
Accompagnant au passage la destruction d’autres services publics qui fonctionnaient très convenablement (au moins) : Poste et Télécom, Transports ferroviaires… Remember, le 1er janvier de cet an de grâce 2020 ce fut la fin du statut de fonctionnaire des cheminots… Puisque votre lettre est une projection, projetons-nous sur ce sujet et espérons que le ferroviaire français ne finira pas comme le ferroviaire britannique des années de privatisations à tout va soldées par des accidents graves à répétition. A tel point que l’Etat en question reprendra la main sur cette infrastructure vitale d’une manière aussi discrète que penaude …

Au-delà, ce que vous préconisez, n’était-il pas déjà d’actualité à la canicule de 2003 avec une estimation de l’ordre de 15 000 décès 5 fourchette basse, dans les 20 000 fourchette haute ? C’était il y a 17 ans ce siècle avait à peine trois ans !
Comme si dans un Etat d’économie développée c’est-à-dire qui a les moyens de s’offrir les personnels et les infrastructures sanitaires les plus efficaces qui soient abordables pour tout.es, on se retrouve avec une réalité telle que nos moyens sanitaires n’ont pas pu au XIXème siècle empêcher les gens de mourir massivement de chaud. J’insiste un Etat développé riche quoi qu’en dise les connards qui nous gouvernent et les salopards qui nous [dés]informent.
Je répète NOUS AVIONS ET AVONS TOUS LES MOYENS POUR UNE POLITIQUE DE SANTE AVEC UN SERVICE PUBLIC DE QUALITE OFFRANT DES SOINS DANS DES CONDITIONS ABORDABLES POUR TOUT·ES.
Et bien 15/20 000 mort.es… de chaud. En Europe nous sommes 2nd dans l’ampleur de la catastrophe derrière les Italiens… Ring any bell? Pour ce que j’ai trouvé il faut remonter à 1976 6 pour connaître un tel niveau de mortalité dû à une canicule. Plus de 40 ans en arrière… !

Je suis complètement d’accord qu’il nous faut effectivement un Service public de santé animé par une politique publique dans les conditions que vous proposez.
Mais comment rendre cette demande « immuno-compatible » avec les traités européens qui s’évertuent à tout rendre marchand (et marchandise) et cela afin de diffuser partout ce sacrosaint principe de concurrence comme moyen de faire fonctionner l’économie ? Orientations qui expliquent l’état actuel des choses.
Je précise, je ne dis pas que cette orientation libérale ne se serait pas pratiquée hors traité. Je dis que ces traités en sont à l’origine dans le cas et le lieu qui est le nôtre.
Et que ces contraintes ne vont pas sauter et/ou s’effacer comme ça d’un coup de COVID-19, contrairement, hélas, à ce que je commence à voir ici ou là. Certes la situation est un exemple de plus, DE PLUS, de la faillite fondamentale de cette monstruosité. Mais elle s’accrochera.

Une autre de vos remarques me semble aussi pertinente que décalée du contexte : « [O]n a le droit de demander que les moyens de l’économie soient mis au service de la santé et du soin par réquisitions immédiates . On réquisitionne les internes mais pas l’industrie! Pourquoi? »
Parce que si nous le faisons comme cela maintenant ça risquerait de se voir que ça marche, probablement très bien, mieux en tout cas que sous le régime libéral de notre économie régie par les règles de l’U.E. Qui ne permettraient pas son existence. Aussi bête que cela puisse paraître 7. Enfin bête, mortel !
Ajoutons par ailleurs, le criminel de l’Elysée est un menteur patenté, compulsif pour ne pas dire pathologique lui qui annonçait le 12 mars dernier que « Tout sera mis en œuvre pour protéger nos salariés et pour protéger nos entreprises, quoi qu’il en coûte » 8

Détour (tout à fait nécessaire)

Ce que nous vivons et avons vécu en gros depuis 92 côté Union qui désunit pour ne pas dire détruit et Rocard côté « réforme » qui s’appelle en réalité contre révolution conservatrice à un nom : le marché partout, pour tout. J’insiste partout et pour tout mais pas pour tous. Oh non. Les véritables producteurs, les travailleurs (mot honni aujourd’hui) elleux, illeux triment et subissent. Les rapports d’OXFAM 9 le signalent chaque année. La « croissance » c’est pour les 50% du haut. Avec 48% qui prennent dans les 20% du pactole et les 2% du tout en haut qui prennent les 80% du reste. Et ne croyez surtout pas que les 48% se répartissent «  équitablement » les 20% de ladite « croissance ». Oh non. Du tout. En gros dès que vous passez la barre des 10% du haut ce qu’il reste à ce partager c’est de l’ordre de moins de 5%… Je résume. Les 50% d’en bas au niveau mondial (nous sommes dans une économie mondialisée, causons mondial donc) c’est rien voire de la régression (si si, c’est possible de rogner sur celleux qui n’ont rien…) 10. Les 50% du «  haut » ce sont des miettes pour les 1ers 40% du bas et l’archi essentiel pour les 10% du Haut, avec une mention spéciale pour les 2% du sommet. Des noms. Juste comme ça pour le plaisir : Arnault, Bezos, Bloomberg, Gate, Soros… un certain Trump (même si c’est un petit à côté des susmentionnés). Notez bien, peu de femmes…

Ce que nous vivons, contrairement à votre affirmation beaucoup trop lapidaire, n’est pas « partagé depuis plus de 10 ans par les « décideurs » de tout bord politique. » NON !. C’est partagé par les décideurs politiques élus et/ou navigant dans les sphères de pouvoir avec un pouvoir d’action de nuisance effectif : nommément le RPR et ses petits (mon point de départ : 1992), le P.S. et ses petits, le centre et ses petits, les écolos et leurs petits.
Et les fascistes (FN et ses petits) (tendance nazie, tendance monarcho, tendance monarchonazie et nazillomonarchiste) ? Ils sont dans le même bain. Sachant d’ailleurs que les Nazis se sont fait connaître dans les années 30 d’abord comme groupement politique briseur de grève, spécialisé dans le tabassage et le harcèlement de représentant.es syndicalleux.
Parmi les derniers arrivés dans la « course », la FI comme illeux s’appellent… j’avoue les mettre dans le même panier que le tas qui précède. Parce qu’ils en viennent et donc parce qu’ils sont trop le produit du jeu pour que s’ils arrivaient au power ils fassent quelque chose de significatif 11. Sachant que même avec ça, le capital en a la trouille, c’est dire que de son côté il a mis la barre haute.
Finissons en « beauté » avec LREM comme illeux se dénomment… si vous n’avez pas compris que sont des fascistes déguisés qui rassemblent la fine fleur de ce que la droite décomplexée alliée à la droite complexée
12 peut offrir de « mieux », j’avoue que là je ne peux plus rien pour vous. Il y a le cabanon au fond du jardin, les deux surveillants messieurs vont vous y amener, vous pourrez y faire ce que vous voulez ça ne dérangera pas les voisin·es….
Les autres, les communistes, les vrais (pas les alliés du P.S.), les membres du NPA, Lutte Ouvrière, non elleux ne partagent pas du tout cette orientation saloperie politique et la combattent réellement. Sans le moindre début de commencement de succès.

Retour
Pour finir sur ce qui ne me va pas du tout

Commencer par rappeler que le confinement est respecté et cela par unité du pays… mouais bof. Les gens s’en cognent de l’unité du pays made in Macron. Ils ne sont pas idiots et comprennent parfaitement les risques de la chose. Un site de données, effrayant du côté intrusion dans la vie personnelle, produit Google, qui n’est pas et ne sera jamais ton ami, permet de voir que les gens sont responsables, disciplinés et respectent le confinement 13

Continuer par « [L]’appel du chef de l’Etat à faire taire toute critique, voire  tout débat, apparaît au mieux inopportun, au pire inquiétant. Le temps viendra, nous dit-on. Mais quand ce temps sera venu, on risque fort  de nous dire: « l’heure est à pleurer nos morts et à reconstruire le pays dans l’unité. Le moment n’est pas à la polémique. Regardons l’avenir plutôt que le passé » . Reste que pour avoir et garder la confiance des citoyens, il faut certes communiquer dans la transparence » peut avoir ma sympathie.

Mais parler de « communication dans la transparence » aujourd’hui, en réalité en général, avec ce Président-là, ce Gouvernement-là pour faire passer la critique le simple constat qui précède… non. Juste non.
Ils n’ont jamais été transparents, ni honnêtes et ne vont certainement pas s’y mettre maintenant. S’ajoute qu’en matière de « faire taire la critique », illeux commencent à être bien rôdé·es. Les Gilets jaunes, les cheminots, les manifs contre la réforme suppression des retraites…
Ainsi, docteur, je ne comprends pas ce double langage de ça va pas (et j’ai les noms des responsables ) d’un côté (qui est un minimum minimorum) et de l’autre l’injonction (paternaliste) « regardons l’avenir et pas le passé », qui en soit pose le programme : surtout pas d’appréhension minimale du présent et de ce qui le cause. Dès fois que cela gâche la compréhension de l’avenir qui se prépare…

Que ce Gouvernement et ce Président – dont beaucoup sont dans la décision politique et/ou administrative des plus hauts niveaux depuis des années – héritent de la situation, mouais (c’est l’argutie habituelle…), mais alors un héritage dans une proportion finalement faible. Et depuis qu’ils sont là ils l’ont développé cette politique. Quand même ! Docteur avez-vous oublié ces médecins qui ont interpellé ce Président en lui disant qu’ils étaient au bout 14. C’était il y a quelques semaines à peine. Et en début d’années les soignants qui se faisaient casser la gueule par ce même Gouvernement ! Où se faisaient réquisitionner…

En mars ces décideurs politiques ont laissé des élections se dérouler ! Pour lancer le confinement de manière ultra menaçante et culpabilisante le surlendemain. Ils ont laissés des Ministres, une porte-parole dire et même faire n’importe quoi depuis février alors que les alertes OMS étaient claires. Le premier recensement statistique OMS de l’évolution de l’épidémie remonte au 21 janvier 15

Depuis fin février ils se sont foutus la tête sous l’oreiller et ont laisser leurs concitoyens dans l’ignorance la plus totale. Aux USA les médias mainstream en parlaient déjà et ce n’est pas un modèle de journalisme à toute épreuve. Toujours là-bas un jeune homme, Avi Schiffman 16 a créé fin décembre un site 17 de suivi de la propagation de l’épidémie, qui est consulté aujourd’hui dans le monde entier.
Des faits. Ce très bon travail 18 où Pascal Marichalar fait une première recension de la chronologie de la situation, froidement et rigoureusement.

Sûr qu’entre décembre et février, en plus de tabasser la population, le banquier/joueur de piano (il y a longtemps) reconverti dans la politique tyrannie était super overbooké à faire passer sa « réforme » des retraites… enfin c’est comme ça que les salopards qui nous [dés]informent l’appellent. A croire que le mot suppression a été supprimé de leur clavier ? Je rappelle que la semaine qui précède le confinement le machin qui nous sert de 1er Ministre envisageait le 49.3 pour ladite réforme suppression…

Ainsi demander de la transparence avec ce Gouvernement et son Président relève au mieux du délire passager, au delà nécessite un séjour prolongé au calme sous médocs forts. Dans ces conditions parler de maintenant, maintenant, est juste totalement impossible.
Docteur, le problème pour le moment, c’est de ne pas crever pour cause de connerie profonde de nos dirigeants qui la combine avec la rapacité dévastatrice du capital.

Ainsi connaître l’état réel des lieux, ce qu’il permet, ce qu’il interdit, ce qu’il permet d’envisager, les délais et les conditions. De cela, rien.
Aujourd’hui nous sommes à près de 90 000 contaminé·es (à 47 unités près) et 8078 décédé·es. Qui sont 8078 décédé·es de trop. Parce que pour moi nous devrions être dans un pays développé, démocratique et civilisé. Alors oui qu’il y ait des décès, certes forcément devant un nouveau type de contamination, mais à des taux à l’Allemande, à la Coréenne du Sud, à la Suédoise.
Or comment avons-nous pu en arriver à de telles différences ? A coup de bed management, avec la mise en place des ARS (des comptables qui expliquent aux hospitaliers comment bosser). A grand coup de loi NoTre qui fracasse l’aménagement du territoire. A grand coup de fermeture d’hôpitaux locaux pour faire des « pôles » dans les grands centres urbains. Pôles que l’on qualifiera d’excellence… on voit aujourd’hui ce qu’il en est de l’excellence. A grand coup de PPP (ça quand même vous le signalez, mais…) et de concurrence vertueuse (le dictat de l’UE). Et j’en passe.

Alors pour finir sur une note positive, oui comme vous le dites « [I]l faut remplacer la concurrence entre hôpitaux publics et établissements privés » et j’ajouterai l’interdire, la pénaliser même. Purement et simplement. Et laisser au secteur public en général ce qui relève de l’intérêt général, en le protégeant avec une férocité sans borne. Férocité qui pourrait être d’une efficacité redoublée si comme vous le demandez, les usagers et les professionnels participaient conjointement et pleinement à la gestion concrète de ces services. Comme vous le voyez cela va au-delà de la santé, et passe avant tout par la destruction pure et simple de l’Union européenne qui n’a rien à voir avec l’Europe comme « on » nous le martèle. Destruction facilité car son inanité apparaît chaque jour plus évidente.
Il faut reprendre et au plus vite les reines de notre destiné dans le cadre étatique et non plus supra étatique bricolé dans l’intérêt du tout petit nombre. A des conditions où les secteurs public et privé auront leur part à prendre, leur rôle à jouer, sinon de manière complémentaire, en tout cas de manière absolument pacifique.

Print Friendly, PDF & Email
  1. Je me réfère à ces données : https://ncov2019.live/data.
    L’Etat lui, donne cela : https://dashboard.covid19.data.gouv.fr/[]
  2. https://www.lemonde.fr/blog/huet/2020/04/03/covid19-la-colere-dandre-grimaldi/[]
  3. https://blog.mondediplo.net/operation-resiliation Article sans appel.
    Et une démarche salutaire : https://blog.mondediplo.net/operation-resiliation[]
  4. https://www.youtube.com/watch?v=QE-fLMuBHSo&feature=youtu.be qui reprend différentes interventions de la députée FI Caroline Fiat.
    https://www.youtube.com/watch?v=4L8oua9zq04&feature=youtu.be Ici cette même députée lors d’une intervention en Commission. Notez l’attitude des personnes autour d’elle… Je rappelle que l’Assemblée nationale est le lieu du débat démocratique des REPRESENTANTS du peuple qui les a élu. Au vu du comportement de certains on pourrait se laisser aller à penser que 2018 ne fut pas un très grand cru sans même connaître la suite de l’histoire.[]
  5. INSEE, INED, INSERM : https://fr.wikipedia.org/wiki/Canicule_europ%C3%A9enne_d%27ao%C3%BBt_2003#En_France. Rubrique Conséquence de la canicule/Population/France. Pour d’autres indications chiffrées sur d’autres canicules : https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/meteo/avant-2019-les-grands-episodes-de-canicule-en-france_134791 Toutes ces canicules ont des niveaux de mortalité déjà choquants mais sans comparaison avec 2003 ![]
  6. https://environnement.savoir.fr/la-canicule-de-1976-en-france-14802-morts-officiels []
  7. https://www.jacobinmag.com/2020/03/european-central-bank-ecb-coronavirus-stock-markets[]
  8. https://francais.rt.com/economie/72386-gouvernement-pret-depenser-dizaines-milliards-face-au-coronavirus Citations de la parole perfidie présidentielle : « Tout sera mis en œuvre pour protéger nos salariés et pour protéger nos entreprises, quoi qu’il en coûte ». Et celle de son Ministre du travail : « Aucun salarié ne perdra un centime » et « L’Etat prendra à sa charge charge l’intégralité de l’indemnisation de tous les salariés placés en chômage partiel quel que soit leur niveau de rémunération, alors qu’aujourd’hui c’est plafonné à un SMIC.« []
  9. https://www.oxfam.org/en/what-we-do/issues/extreme-inequality-and-essential-services Leurs rapports sont téléchargeables. []
  10. Ces références sont variées, souvent lourdes et ne datent pas de la même année. Les tendances sont elles tout à fait significatives.
    Le Monde en 2017 (pour la France) https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/05/30/dix-graphiques-qui-illustrent-les-inegalites-en-france_5136168_4355770.html
    Le Monde 2019 (pour le monde) https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/01/19/la-concentration-des-richesses-dans-le-monde-en-graphiques_4558914_4355770.html
    RT 2018 (pour le monde utilisant le rapport annuel OXFAM https://francais.rt.com/economie/47498-ong-oxfam-repartition-richesse-mondiale
    Un rapport de la banque mondiale (qui n’utilise pas le PIB comme indicateur de richesse) https://openknowledge.worldbank.org/bitstream/handle/10986/29001/9781464810466.pdf?sequence=4&isAllowed=y[]
  11. Update du 14/4/20 Un bon argument selon moi : https://www.convergencesrevolutionnaires.org/Pour-la-sante-des-profits-Macron-a-retrouve-l-argent-magique[]
  12. C’est de Lordon. Je trouve cette classification parfaitement justifiée et éclairante.[]
  13. https://www.google.com/covid19/mobility/[]
  14. https://francais.rt.com/france/71658-nous-sommes-bout-medecin-interpelle-macron-lors-de-sa-visite-pitie-salpetriere[]
  15. https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/situation-reports Descendre en bas de la page.[]
  16. https://www.democracynow.org/2020/3/17/avi_schiffmann_coronavirus_tracker[]
  17. https://ncov2019.live/data[]
  18. https://laviedesidees.fr/Savoir-et-prevoir.html []
Catégories : Réaction(s)

Avatar

Le Taulier

N'en revient pas et trouve que le monde ne l'aide pas beaucoup à ce que ça change. Râleur. Liseur boulimique, en français et en anglais ; sur papier comme sur écran. Fervent défenseur de la sieste et profondément opposé à la téloche. Viscéralement anti-libéralisme. Totalement anti-capitalisme. Pour la res communa et l'auto-organisation.