Cette bafouille a été écrite en l’an de grâce 2020,
au jour des 92 839 contaminé·es et 8078 décédé·es 1
Macron, Philippe, leurs sbires et leur système sont toujours là


Un pote m’a fait suivre ce papier 2 de Bruno Latour sur sa conception de l’après et comment l’obtenir… et là un constat s’impose : les assertions les plus infondées la disputent aux raisonnements les plus branlants.
Je me trouve du coup dans une position délicate et emmerdante car… c’est toujours contrariant d’ébruiter une position que l’on trouve éminemment mauvaise et surtout nuisible. Pourtant, devant la chose, je n’ai pas pu me résoudre à rester silencieux.
Le monsieur qui a écrit le texte dont j’ai extirpé les éléments qui me semblaient significatifs et contraire à une pensée de libération sérieuse du libéralisme, est un sociologue. Je ne sais si cette science qui m’est chère, doit s’en vanter.

Voici les moments de son papier que je trouve les plus contestables/détestables :

« Le grand rêve moderniste du partage universel des « fruits du progrès », ils [« les globalisateurs », i.e les dominants économiques et leurs relais politiques(ndlr)] ne sont pas assez naïfs pour y croire, mais, ce qui est nouveau, ils sont assez francs pour ne même pas en donner l’illusion. Ce sont eux qui s’expriment chaque jour sur Fox News et qui gouvernent tous les États climato-sceptiques de la planète de Moscou à Brasilia et de New Delhi à Washington en passant par Londres. »
Le « grand rêve moderniste »… mais de quoi parle Latour et surtout comment le fait-il ? Ce n’est pas un « rêve moderniste » pour tout le monde. Certain·es veulent mettre en place non pas un partage, mais une participation égalitaire à hauteur des moyens de la personne dans un collectif respectueux de tout un chacun autant que du bien commun, dont l’environnent au sens le plus large est partie intégrante et intégrale.
Considèrent que les personnes sont responsables, ont un l’intellect qui marche et qui n’a pas besoin de partage de la vie, juste de vivre parmi les autres et avec elleux. Parce que précisément ces personne procèdent d’un collectif qui s’auto-anime et permet le bien être de leur vie vie, collectivement et individuellement.
Ce n’est pas un rêve mais un projet politique bien réel et pour lequel illeux se battent. Et il s’agit d’autre chose que d’un vague partage paternaliste !
« Fox news ». Non ce qu’écrit Latour est faux. Cela vaut pour TOUT le mainstream US. J’en sais quelque chose pour suivre l’actu US beaucoup plus intensément que l’actu Frenchy. A signaler d’ailleurs que CNN et MSNBC tiennent le haut du pavé avec Fox sur ce sujet. C’est à qui fera le pire dans le déni et l’intox.
Democrcy Now qui est très affûté sur le sujet écologique, en pointe les exemples à longueurs de broadcast que ce soit à propos des cyclones, des wildfires ou des silences au sujet d’études et de scientifiques qui tiraient la sonnette d’alarme. Cela pour l’attitude passive de ces MsM comme ils disent là-bas, car ces réseaux mainstream de [dés]informations ont aussi contribué au bashing de ces scientifiques et études…
Les « Etats climato-sceptiques »… construction terminologique pas du tout douteuse… Dont la suite est totalement objective et irréprochable puisque la France n’est pas citée. Nous serions crédible en matière environnementale ? Really? Quelle misère qu’un prof d’universités écrive de telles balivernes !

« De fil en aiguille, si nous commençons, chacun pour notre compte, à poser de telles questions sur tous les aspects de notre système de production, nous devenons d’efficaces interrupteurs de globalisation […] nous commençons à l’imaginer par nos petits gestes insignifiants mis, eux aussi, bout à bout : à savoir la suspension du système de production. »
La socio expliquée basiquement : le comportement humain n’est pas, n’a jamais été et ne sera jamais une addition hasardeuse et indifférenciée d’agissements individuels ou microscopiques. NON. NON. ET NON !!! Le monsieur tu l’auras compris appartient à ce courant de pensée qui pose l’addition arithmétique des comportements individuels comme formant le comportement collectif…

« Il ne s’agit pas de révolution, mais de dissolution, pixel après pixel. »
Tu as compris. Surtout pas REVOLUTION. Ben non. Au passage Latour qualifie (pour le coup pertinemment) les capitalistes de « révolutionnaires » – sachant que le terme serait en fait contre révolutionnaire au sens Allemand – pour leurs propres intérêts… Donc Pixel contre Bezos et sa bande… tu répètes pas hein… mais je ne crois pas que je vais parier sur pixel coaché par Bruno là dans le match qui va se jouer….

« Ce qui ne veut pas dire décroître ou vivre d’amour ou d’eau fraîche, mais apprendre à sélectionner chaque segment de ce fameux système prétendument irréversible, de mettre en cause chacune des connections soi-disant indispensables, et d’éprouver de proche en proche ce qui est désirable et ce qui a cessé de l’être. »
Tu l’auras compris encore, hein, surtout pas de DECROISSANCE, ben non. On préserve ce qu’il y a de « bien » dans le système et on jette le reste… par comportements pixeliques… Et comment fait-on si pour garder ce qui « va » il faut garder des aspects (productifs notamment) qui soient nuisibles ?
Cette façon de poser les termes du problème est stupide. Autant que de tout foutre parterre de manière terre brûlée d’ailleurs. Le problème c’est que remettre en cause des parts de l’édifice ne sera possible et réaliste que par la remise en cause totale du système, qu’il faut précisément changer. Qu’il va donc falloir construire quelque chose d’autre complètement qui ne pourra pas faire l’économie du passé sans pour autant le garder… et ça ce sera très difficile.
Cela n’empêche surtout pas la conscience et la pratique individuelle au contraire. S’arrêter là par contre, c’est ce que souhaite le capital… qu’on râle sur Twitter et surtout qu’on lui foute une paix royale ailleurs… Faire nombre mais individuellement lui va parfaitement. Que surtout nous ne nous organisions pas, tant autour du constat qu’autour de la mise en œuvre d’un autre possible. Dès fois que l’on sache se démerder par nous-mêmes et sans lui… surtout sans lui.

Le pompon c’est la fin du texte. Qu’après hésitation je livre. C’est « une aide à l’auto-description » qui consiste à lister ce qui semble essentiel aux conditions de vie de la personne et qui a la forme d’un questionnaire, mais ce n’est ni un questionnaire ni un sondage insiste son créateur… Latour invite ensuite le quidam qui l’ a renseigné à le partager et le comparer avec d’autres répondants… C’est tellement consternant que je me suis dit , si d’aventure je suis lu peut-être que certain·es iront à la source (susmentionnée) et donc épargne-toi et épargne-leur ça. Mais finalement j’ai préféré l’ajouter. Parce que c’est tellement énorme, consternant, hautain et pour tout dire méprisant que je crois important de le montrer.

Voilà le truc in extenso :
« Question 1 : Quelles sont les activités maintenant suspendues dont vous souhaiteriez qu’elles ne reprennent pas ?
Question 2 : Décrivez a) pourquoi cette activité vous apparaît nuisible/ superflue/ dangereuse/ incohérente ; b) en quoi sa disparition/ mise en veilleuse/ substitution rendrait d’autres activités que vous favorisez plus facile/ plus cohérente ? (Faire un paragraphe distinct pour chacune des réponses listées à la question 1.)

Question 3 : Quelles mesures préconisez-vous pour que les ouvriers/ employés/ agents/ entrepreneurs qui ne pourront plus continuer dans les activités que vous supprimez se voient faciliter la transition vers d’autres activités ?
Question 4 : Quelles sont les activités maintenant suspendues dont vous souhaiteriez qu’elles se développent/ reprennent ou celles qui devraient être inventées en remplacement ?
Question 5 : Décrivez a) pourquoi cette activité vous apparaît positive ; b) comment elle rend plus faciles/ harmonieuses/ cohérentes d’autres activités que vous favorisez ; et c) permettent de lutter contre celles que vous jugez défavorables ? (Faire un paragraphe distinct pour chacune des réponses listées à la question 4.)

Question 6 : Quelles mesures préconisez-vous pour aider les ouvriers/ employés/ agents/ entrepreneurs à acquérir les capacités/ moyens/ revenus/ instruments permettant la reprise/ le développement/ la création de cette activité ?
(Trouvez ensuite un moyen pour comparer votre description avec celles d’autres participants. La compilation puis la superposition des réponses devraient dessiner peu à peu un paysage composé de lignes de conflits, d’alliances, de controverses et d’oppositions.) »

Il faut une certitudo sui absolument inébranlable pour faire ça. Pondre un truc d’un technopaternalisme (moi aussi je sais faire dans le poétique) juste hallucinant et le présenter comme un outil qui s’inscrirait dans une démarche « d’auto-description » qui s’adresse à tout le monde comme ça ! Pour ensuite prôner son agrégation pour en faire une sorte de programme de ce qu’il faudrait faire… Sans déconner… le ponte est venu dans le métro prêcher la bonne parole… Sartre à la sortie des usines. On voit le résultat. Hein Daniel C. B….
Il ne manque plus que le tableau de bord excel de programmation et de suivi livré avec, tu ajoutes une bafouille technochiadée (encore de la poésie) et tu peux aller faire ta demande de sub. FSE auprès de ta collectivité locale pour un autre monde comme avant mais en mieux (pour qui ?).

La mâchoire décrochée, les bras ballant, le cul par terre je vous salue bien.

Print Friendly, PDF & Email
  1. Je me réfère à ces données : https://ncov2019.live/data.
    L’Etat lui, donne cela : https://dashboard.covid19.data.gouv.fr/ []
  2. Le site de diffusion de ce papier a été depuis fermé.[]
Catégories : Réaction(s)

Avatar

Le Taulier

N'en revient pas et trouve que le monde ne l'aide pas beaucoup à ce que ça change. Râleur. Liseur boulimique, en français et en anglais ; sur papier comme sur écran. Fervent défenseur de la sieste et profondément opposé à la téloche. Viscéralement anti-libéralisme. Totalement anti-capitalisme. Pour la res communa et l'auto-organisation.